Les confinements successifs engendreraient-ils une baisse des loyers en France ?

30 Avr, 2021

Avec la crise sanitaire de nouveaux modes de travail ont été mis en place le recours au télétravail et les cours à distance. Cette nouvelle façon de fonctionner à d’ailleurs contribuer à provoquer une baisse des demandes de locations étudiantes. En effet de nombreux étudiants ont décidé de retourner vivre chez leurs parents en attendant que les cours reprennent pour de bon en distanciel. Ainsi avec moins de demandes de la part des potentiels locataires, nous constatons qu’une baisse des prix s’ensuit. Pourtant, avant la crise sanitaire, la demande concernant les studios étudiants était en constante augmentation mais avec la Covid-19 les choses se sont inversées.

Cette baisse du prix moyen des studios s’est même faite ressentir à Paris avec un prix moyen de 864 euros en mars contre 881 euros en janvier 2021 pour des studios. Et d’ailleurs ce qui est intéressant de constater c’est que tous les arrondissements de la capitale sont concernés par cette baisse des prix. Cependant certains quartiers constatent des baisses plus importantes que d’autres comme c’est le cas des quartiers qui accueillaient des touristes notamment via des plateformes comme Airbnb. En effet suite à la crise sanitaire et aux mesures de restrictions mises en place par le gouvernement français, nous pouvons constater que l’activité touristique française a drastiquement baissé, on enregistre d’ailleurs une perte d’environ 15,5 milliards d’euros de recettes touristiques à Paris. Néanmoins les zones connaissant le moins de baisse de prix en matière de loyers restent les arrondissements qui étaient jusque là les moins onéreux de la capitale tels que le 19ème arrondissement qui enregistre une baisse de 0,48%.

Mais si les loyers baissent dans la majorité des villes du pays, comme à Paris, ce n’est pas le cas de toutes les villes en France et encore moins pour celles de l’Ile-de-France. En effet, les loyers ont même augmentés dans des villes d’Ile-de-France et cela est dû à la forte demande locative qui désormais s’oriente vers la petite et grande couronne parisienne. Il est vrai que depuis les confinements successifs connus en France, les locataires et même acheteurs préfèrent désormais être à proximité de Paris pour y louer des biens avec de plus grandes surfaces et des extérieurs à des prix encore abordables, ce qui serait impossible dans la capitale. En raison des multiples restrictions sociales la demande s’est donc reportée sur d’autres villes, ce qui a contribué à une augmentation légère des prix du marché dans ces communes.

R7a2fad7b43fc46f69837eaad5d67bf59

Fabien & Michael

Continuer votre lecture

Les tours Hermitage Plaza ne verront pas le jour

Dessinées par Sir Norman Foster, les tours Hermitage Plaza de 320 m de haut, qui devaient accueillir des appartements et des penthouses, un hôtel de luxe de cinq étoiles, des restaurants et bars panoramiques, un centre de thalasso panoramique, des espaces de bureaux,...

Les précisions du futur « Pinel+ »

Emmanuelle Wargon, ministre déléguée chargée du Logement, a dévoilé les critères de qualité d’usage qui seront applicables au « Pinel + ». Une nouvelle trajectoire pour la loi de défiscalisation PINEL, avec une décroissance progressive, et une échéance en 2024. ...